Atelier Souveraineté
Du courage à la Conscience

Atelier Souveraineté
Du courage à la Conscience

2021 est l’année de la reprise de son pouvoir et de la reconnaissance de sa propre autorité.

Nous avons fait en ce début d’année Acte de sécession et d’émancipation complète d’avec le système de gouvernance en place en Suisse. En renonçant à notre citoyenneté helvétique, nous nous réapproprions le territoire libre et inviolable que nous sommes légitimement partout sur Terre à notre naissance.

Cela signifie que nous avons individuellement informé par courrier recommandé chaque membre du conseil fédéral que nous retirons en pleine conscience notre consentement à cautionner un jour de plus la destruction massive du Vivant, orchestrée délibérément par ce gouvernement corrompu via d’énormes conflits d’intérêts individuels au détriment du peuple qu’il est sensé représenter et servir.

Souveraineté

Sous couvert d’une illusoire démocratie, ce système est aussi un véritable régime totalitaire esclavagiste. Les faits de ne pas être reconnu sans papier d’identité en bonne et due forme alors que nous sommes bien vivant, ainsi que la sanction systématique à la moindre insoumission, démontrent de façon flagrante qu’il n’y a aucune liberté. La seule option est d’obéir.

C’est à tout cela que nous avons dit: NON. Ça suffit ! Nous sommes désormais des Êtres Souverains pleinement CONSCIENTS et responsables de notre propre existence et de son impact envers autrui et la planète.

Hiérarchie des normes complète

Cette démarche radicale et sans possibilité de retour suscite beaucoup de questions légitimes. Quelles sont les conséquences concrètes de se couper volontairement de tout accès, pseudo-privilèges et pseudo-sécurité de cette matrice alors que nous n’avons jamais rien connu d’autre ?

Le courage est nécessaire lorsque nous avons peur. La CONFIANCE en la bienveillance et l’abondance de l’Univers s’installe dès que nous entrons en CONSCIENCE de notre pleine nature divine et Souveraine.

Cet atelier est destiné à mettre en lumière le potentiel de notre nature divine pour reprendre notre pouvoir individuel en toute CONSCIENCE et CONFIANCE. Il se déroule sur 2 jours à 1 mois d’intervalle :

  • Le premier jour permet de poser et bien comprendre le socle de la démarche avec une présentation historique de la mise en place du système esclavagiste par « la fraude du nom », ainsi que de découvrir les outils de passage du courage à la CONSCIENCE par un accompagnement chamanique.
  • Le deuxième jour consiste à faire un cercle de parole pour exprimer son intégration, répondre aux dernières questions, libérer des résidus de doutes, ainsi que découvrir les modèles de « courriers de courtoisies » à envoyer au gouvernement, banques, assurances et autorités pour retirer son consentement officiellement et de façon non négociable et définitive. Nous vous conseillons pour la personnalisation.

Le mois d’intervalle entre les deux jours sert à intégrer la CONSCIENCE NÉCESSAIRE à la démarche.

Nous avons 6 places à disposition par groupe et tenons compte des inscriptions par ordre d’arrivée.

RAPPEL DE DÉFINITIONS FONDAMENTALES

selon différents dictionnaires, encyclopédies, avocats, juristes

Connaissance, intuitive ou réflexive immédiate, que chacun a de son existence et de celle du monde extérieur.

Représentation mentale claire de l'existence, de la réalité de telle ou telle chose.

Sur lui-même, sur son propre corps et son propre esprit, l'individu est souverain.

La souveraineté de l'individu signifie que c'est l'individu, et lui seul, qui est responsable de ses actes.

Chaque individu peut adhérer à des entités collectives sur une base volontaire, mais il n'abdique pas pour autant sa souveraineté. Aucune entité collective n'est habilitée à lui imposer des contraintes non consenties. La seule règle qui devrait prévaloir dans la société est le principe de non-agression : respect de l'intégrité physique et de la propriété des personnes, respect des contrats.

La personne est souveraine dans le choix de ses jugements de valeurs. Nul ne peut choisir à sa place quels sont les buts de sa vie, personne n’a de délégation pour contester ses goûts. (Anthony de Jasay)

Il y a indépendance quand l’Être humain accepte le fait d’être le seul maître de son jugement et que rien ne peut le dégager de cette responsabilité. Que personne ne peut penser ni vivre à sa place. Qu’il n’y a pire autodestruction que de se soumettre à l’influence d’une autre pensée, d’accepter qu’une autre autorité s’impose à votre cerveau et de considérer ses assertions comme des faits, ses affirmations comme des vérités, ses décisions comme des truchements entre votre conscience et votre existence. (Ayn Rand, La Grève-Atlas Shrugged, discours de John Galt)

Personne n'a le droit moral d'imposer à un individu souverain quoi que ce soit sans son consentement, à part l'obligation générale de respecter la souveraineté égale des autres individus. Un individu souverain ne peut être considéré membre d'aucune société à laquelle il n'a pas consenti de façon libre et éclairée. Aucun individu ni État ne peut prétendre imposer des charges auxquelles un individu souverain n'a pas consenti soit dans son intérêt, soit comme contribution libre et volontaire au bien commun.

L’autodétermination se réfère tant aux acquis de la philosophie qu'à ceux du droit international. En termes philosophiques, il désigne la possibilité pour un individu de choisir librement sa conduite et ses opinions, hors de toute pression extérieure. En droit international, ce terme renvoie par extension au principe du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, c'est-à-dire de choisir librement leur État et leur forme de gouvernement, de ne pas être cédés ou échangés contre leur volonté, et au besoin de faire sécession.

Les règles de droit contenues dans les lois, les décrets et les règlements, celles qui sont tirées des acquis de la jurisprudence et des travaux de la doctrine appartiennent au "droit positif". Le droit naturel s'oppose au droit positif, qui est le droit en vigueur, modifié en fonction de l'évolution des moeurs. Le droit naturel est l'ensemble des droits que chaque individu possède du fait de son appartenance à l'humanité et non du fait de la société dans laquelle il vit. Le droit naturel, qui comprend notamment, le droit à la vie, à la santé, à la liberté, comme le droit de propriété ; il est inhérent à l'humanité, universel et inaltérable. (Serge Braudo)

Les droits de la personne dits aussi, droits de la personnalité est une notion à la fois philosophique et juridique. Elle comprend notamment, le droit à la vie, à la sûreté, à l'intégrité physique et à la liberté d'aller et venir qui sont des droits fondamentaux. Il convient d'y ajouter, les droits économiques, sociaux, judiciaires et politiques ainsi que le droit à l’égalité. Ils sont inséparables du droit à la vie, au respect de la vie privée, de la vie familiale, du domicile et de sa correspondance. (Serge Braudo)

La légitimité est la conformité à un principe supérieur qui dans une société et à un moment donné est considéré comme juste. La notion de légitimé ne recouvre pas celle de légalité qui est plus restreinte et qui caractérise ce qui est seulement conforme à la Loi. (Serge Braudo)

Caractère de ce qui est conforme à la loi.

État de quelqu'un qui n'est pas soumis à un maître.

Condition d'un peuple qui se gouverne en pleine souveraineté.

Droit reconnu par la loi dans certains domaines, état de ce qui n'est pas soumis au pouvoir politique, qui ne fait pas l'objet de pressions.

Situation de quelqu'un qui se détermine en dehors de toute pression extérieure ou de tout préjugé.

Possibilité d'agir selon ses propres choix, sans avoir à en référer à une autorité quelconque.

État de quelqu'un qui n'est pas lié par un engagement d'ordre contractuel, conjugal ou sentimental.

État de ce qui n'est pas étroitement contrôlé, soumis à une réglementation sévère.

Caractère de ce qui relève de l'initiative privée.

Personne de condition non libre, considérée comme un instrument économique pouvant être vendu ou acheté, et qui est sous la dépendance d'un maître.

Personne soumise à un pouvoir arbitraire.

Personne qui est sous la dépendance complète d'une autre personne.

Personne entièrement soumise à quelque chose ; prisonnier.

Fait pour un groupe social d'être soumis à un régime économique et politique qui le prive de toute liberté, le contraint à exercer les fonctions économiques les plus pénibles sans autre contrepartie que le logement et la nourriture.

État, condition d'esclave.

État, condition de ceux qui sont sous une domination tyrannique ; asservissement, servitude : Tenir un peuple en esclavage.

Dépendance étroite de quelqu'un à l'égard de quelque chose ou de quelqu'un ; activité qui impose une sujétion, une contrainte.

Acte malhonnête fait dans l'intention de tromper en contrevenant à la loi ou aux règlements.

Délit consistant à extorquer, à l'aide de menaces, des fonds, des valeurs, une signature d'un acte.

Action de brandir une menace pour obtenir de quelqu'un quelque chose qu'il refuse.

Extorsion d'argent par intimidation ou violence.

Journée de 9h30 à 17h30

Contribution financière libre en Conscience à la fin de l’accompagnement 6 places par groupe


Inscriptions et renseignements :

(+41) 079 266 92 73 ou
merci@intiquilla.love


Notre choix de proposer la contribution financière libre est de rendre ce stage accessible au plus grand nombre. Cette démarche n'enlève rien au sérieux de l'engagement pris de part et d'autre et n'a rien à voir avec du tourisme bien-être.
L'inscription à cet atelier est pour les 2 journées.
Une fois inscrit, merci d'avoir de la considération pour vous-même et pour nous en tenant votre engagement, sauf en cas de force majeure.

** Important

Stage réservé uniquement aux Êtres prêts à faire la démarche d'émancipation du système. Pour ceux qui sont encore bloqués par des doutes, peurs et croyances limitantes, le stage « Sortir de la matrice » est recommandé comme préparation à l'acte d'émancipation.

Dates 2021

  • Sur demande